Archive for July, 2015

En entrant dans la salle, elle ressentit comme une attente physique et palpable. Il ne s’agissait pas de pensées négatives, mais cela lui semblait inhabituel. Un tel point de réunion de la part de la caste dirigeante ? Pourquoi toutes ces précautions ? Pourquoi cette tension dans l’air ?

Mardl’a était réellement dans un état d’esprit très combatif, elle n’allait pas s’en laisser compter par cette apparence d’officialité, s’il y avait quelque chose de louche à repérer, elle en serait capable et réagirait.

En fin psychologue, le chef de la rébellion avait déjà parfaitement analysé et calibré la jeune femme. A son grand étonnement, elle semblait présenter bien plus d’intelligence que la plupart de ses adjoints. Son esprit acéré toujours prêt à faire face à de nouvelles situations, le scientifique fit un signe discret à ses assistants et leur donna rapidement et sans quitter sa visiteuse des yeux quelques consignes à voie basse.

Le savant s’avança et Mardl’a remarqua instantanément ses yeux.

Des yeux pleins de bonté mais également de force.

Des yeux habitués à être obéis et qui ne devaient rien manquer de ce qui se passait dans leurs champs de vision.

Des yeux qui lui souriaient.

— Bonjour et bienvenue dans cette ancienne partie de la ville où nous allons procéder à l’évaluation de votre enfant. Puis sans laisser le temps aux parents de réagir, le savant fit un signe à un assistant de s’approcher et dit :

— Monsieur, pouvez-vous suivre notre assistant avec le bébé ? Nous devrions régler quelques points d’administration avec madame. Rien de bien spécial mais certains détails par rapport à l’accouchement doivent être clarifiés et si nous voulons que nos guérisseurs disséminés dans les villages soient toujours bien formés nous devons disposer d’informations fraîches.

En entendant cela Grundl’i sentit toute la tension disparaître de son corps qui s’était imperceptiblement crispé depuis son arrivée dans le labyrinthe souterrain. C’était cela la raison de leur visite, simplement s’assurer que le guérisseur était bon et profiter de faire cette enquête de manière discrète. Les sentiments de l’homme se lisaient aisément sur son visage et son attitude corporelle, comme si une vanne avait été ouverte, les symptômes de la tension disparaissaient. Mardl’a qui n’avait cessé de surveiller son interlocuteur vit très bien dans ses yeux qu’il était satisfait de l’impact de sa déclaration sur son mari. Mais elle n’allait pas se laisser manipuler si facilement. Elle avait l’habitude d’analyser les gens, de comprendre leurs motivations et de jongler avec pour traverser la vie le mieux possible. Elle avait déjà affronté tant d’hommes différents, elle connaissait tellement plus que ce qu’ils pouvaient bien se douter.

Pour la première fois toutefois, elle ne comprit pas réellement les motivations de son interlocuteur. Elle savait que son enfant ne risquait rien, de ceci elle était certaine. Pour le reste, elle était dans le flou le plus total. Tandis que son mari et son enfant partaient vers cet autre endroit, elle ressentit un pincement d’angoisse qu’elle ne put masquer complètement.

Voyant cela l’homme lui dit :

— Ne vous inquiétez pas Mardl’a, ils ne risquent rien. Bien au contraire ! Venez, allons dans mon bureau pour parler, les tests vont durer une heure, nous avons donc tout le temps de parler.

La prenant familièrement par le coude, il se dirigea vers l’arrière de la salle tout en ignorant les regards des ses assistants qui semblaient perdus devant ce changement de programme. Mardl’a ne put masquer son sourire devant ce manque d’indépendance.

Entrant dans une salle semblant sortie d’une image de l’ancien temps, Mardl’a ne put s’empêcher d’admirer les rayonnages de livres qui entouraient la pièce. A une extrémité, un feu brûlait dans une cheminée, des fauteuils semblaient l’appeler. Devant ce spectacle si merveilleux, elle laissa couler une larme. Inconsciente de ce fait, son esprit avait déconnecté et simplement admirait cette vision de calme et de bonheur. Soudainement elle ressentit comme une caresse, reprenant péniblement pied dans la réalité elle découvrit le chef du mouvement qui lui essuyait les larmes. L’homme était vraiment bienveillant et elle apprécia ce bref instant, mais décida subitement que c’était assez. Une fois de plus le savant la surprit et lui dit:

— Vous avez raison, nous allons en venir au fait et je vais vous expliquer le pourquoi de votre visite. Prenez place et laissez-moi vous conter une histoire. Je dois tout d’abord vous avouer que ce que je vous dis maintenant n’avait pas été prévu mais que j’ai changé mes programmes devant votre intelligence et votre comportement.

Son regard laissait transpirer sa bonté. Toutefois Mardl’a ne fut pas dupe, cette soudaine passion pour la transparence cachait forcément quelque chose et elle ne fit pas un geste dans la direction de son interlocuteur…

— Je vais tout vous dire. Si toutefois vous ne seriez pas d’accord, nous effacerons votre mémoire à la fin de notre rencontre et vous oublierez tout de cet entretien.

Prenant place dans un fauteuil l’homme toucha quelques boutons sur une petite commande. La salle s’obscurcit et un écran s’alluma.

Advertisements